La pratique du travail manuel est une qualité rare et précieuse en France. Il faut donc l'utiliser au mieux. Les machines et les technologies d'aujourd'hui permettent d'éviter d'exécuter des tâches pénibles et répétitives. Cette évolution est normale. Imaginez à la fin du XIXème siécle l'apparition des premières scies mécaniques et des premières toupies. Le changement était bien plus radical que l'apparition du numérique aujourd'hui. Les machines permettent d'abaisser le prix de revient des produits simples. Elle servent également à améliorer la qualité de produits haut de gamme.
Au sein de l'entreprise, nous devons harmoniser les compétences de chacun avec le flux de travail "machine". Comme notre équipe, les machines forment un ensemble cohérent. Nous veillons à synchroniser judicieusement l'utilisation des machines, l'atelier de montage et l'atelier de finition.

La maîtrise d'un centre d'usinage numérique est devenue indispensable. Pourtant ce n'est pas suffisant. Le travail du bois massif exige des opérations préalables:

  • Le délignage consiste à scier l'ébauche des pièces en bois massif dans les billes de bois arrivant des scieries ou des négoces.
  • Le corroyage consiste à dégauchir et raboter les faces et les chants des pièces délignées à la scie. Après sciage le bois libère les tensions qui existaient dans le tronc. Les planches se "gauchissent" puis se stabilisent en quelques jours. Alors elles sont dégauchies puis rabotées (c'est à dire corroyées).

Ces opérations sont physiquement très pénibles. En effet avant de fabriquer une allumette en bois on doit manupuler des planches de la longueur d'un arbre... Nous utilisons une scie de plus de 4 mètres et une corroyeuse. Ces deux machines ont elles aussi des commandes numériques. Ce sont des systémes très simples puisqu'elles ne scient que des planches rectangulaires et ne corroyent que des sections rectangulaires ou des longueurs de moulures (les formes sont obtenues par l'outillage). La conception mécanique de ces deux machines allemandes est par contre très étudiée et très robuste.

Actuellement aucune machine ne remplace la main d'un sculpteur. Par contre pour la marqueterie... la combinaison du laser et la panoplie des puissants logiciels graphiques ouvrent le débat. Une chose est certaine: quelle que soit la machine, l'outil, le logiciel, il faut commencer par choisir la pièce de bois ou le plaquage. Seul l'homme peut le faire avec goût.